Wolubilis

L'Artiste du mois / Bruno D'Alimonte - photographe

Article • Publié le Actualités L'Artiste du mois

Récemment exposé aux Petits Formats de l’Artothèque en décembre dernier pour ses photographies, Bruno D’Alimonte est le premier artiste de l’Artothèque à paraître dans cette toute nouvelle rubrique intitulée «l’Artiste du mois ». Derrière ce titre, se cache tout simplement notre envie de vous partager les parcours, les œuvres, les profils des artistes qui ont délibérément choisis d’intégrer l’Artothèque de Wolubilis.

Bruno D’Alimonte est photographe. Après une riche carrière au sein d’un quotidien belge en tant que photographe et vidéaste, Bruno D’Alimonte consacre désormais 100 % de son activité à sa pratique artistique. Issu d’un milieu modeste, Bruno d’Alimonte choisi de suivre des études de photographie. Après un passage à l’INRACI puis à l’ERG, où il affine son sens critique et approfondit ses connaissances cognitives en matière d’image, le photographe bruxellois ponctue son parcours artistique de commandes photographiques, comme par exemple lorsque il illustre un guide social pour la commune de Molenbeek, ou encore lors de sessions de retouches d’image pour des entreprises privées avant rejoindre les rangs d’un grand quotidien belge. Il travaille alors l’image photographique et la vidéo selon les codes, les formats et les normes générées par l’industrie médiatique.
Parallèlement à ces activités de photographe et de vidéaste de presse, il poursuit sa pratique artistique et entre alors une première fois en contact avec le Centre culturel via l’exposition ART TRUC TROC en 2009, dont Wolubilis est curateur depuis 16 années et où il expose encore aujourd’ hui. A l’époque, deux de ses photos avaient étés sélectionnées et présentées, il s’en rappelle, devant une double porte qui s’ouvrait sur une gigantesque œuvre publicitaire « comme une sorte de dernier rempart de l’art avant la propagande».
C’est donc via Truc Troc qu’il entend parler de l’ Artothèque, un projet qui le séduit par sa volonté d’ouvrir la culture à un plus grand nombre ; « Cela permet au public d’entrer dans l’art, et dans un second temps, apporte de la visibilité ; concrétise une vente ; permet la rencontre avec des amateurs… ce qui est aussi une façon pour l’artiste de pérenniser son travail ». D’ ailleurs les œuvres qu’il présente à l’ Artothèque sont conçues pour le prêt: ses cadres par exemple sont soigneusement choisis pour le prêt.
Mais la participation de Bruno d’Alimonte au projet de l’Artothèque ne se limite pas à la mise à disposition d’œuvres au public, l’artiste intervient et expose régulièrement lors des événements comme les Expositions Focus ou Petits Formats. Le 1er décembre 2019, il est d’ailleurs intervenu lors de la conférence-débat sur l’image imprimée organisée par l’Artothèque lors de l’exposition des Petits Formats. Il revient sur sa participation à cette discussion aux côtés de Radio Mojo, du collectif Femixion et d’Héloïse Colrat : « c’était une réelle opportunité de rencontrer différents acteurs culturels et de voir que la pratique artistique se démocratise…Les gens font de l’art par besoin, il y a une logique de calcul, qui vient de soi, et qui pousse les artistes à toujours proposer des œuvres de qualité ».

C’est du reste le cas avec sa nouvelle série intitulée « Sepia Imaginarium ». Ces images, métaphoriques et intemporelles témoignent d’une tension narrative entre la photographie, comme forme de lutte contre la mort et le temps qui passe « car prendre une photo c’est toujours capter un instant qui est passé » et l’envie de survivre… Une série qui réunit des espace-temps différents que le public aura pu découvrir à Art Truc Troc 2020 et retrouvera dès le mois d’avril à l’Artothèque.

Mini D Niveau sonore La culture dans tous ses éclats Fédération Wallonie - Bruxelles COCOF Le Soir La Première Musiq 3 La Concertation Réseau des Arts Bruxellois Aires Libres Kidsgazette Bernina