Wolubilis

L’HUMOUR ET LE RÉEL : COMBINAISON IDÉALE

Article • Publié le Actualités

La Framboise Frivole : la précision avant tout
« Ceci n’est pas une Framboise Frivole » Un titre comme une invitation à un nouveau délire du duo formé par Peter Hans et Bart Van Caenegem dont ce sera le 6e spectacle. « Nous avions pensé à introduire de la vidéo mais non, on reste dans notre schéma habituel, celui que le public attend : on joue de la musique et on chante. Et on parle, beaucoup ! Le titre du spectacle nous va très bien, le surréalisme nous correspond parfaitement. Ce nouveau spectacle relie davantage aux arts visuels, nous parlons peinture, sculpture… On dépasse le cadre de la musique, avec le désir d’ouvrir les portes.»

Fidèle à son mode de narration, le tandem part de musiques existantes très connues du grand public. Le champ des possibles vise-t-il à se réduire au fil du temps ? « Si nous mélangeons deux mélodies ayant la même structure ou la même histoire, l’humour ne peut fonctionner que si les gens les reconnaissent. Notre démarche sert toujours notre connexion avec le public. Vous avez beau regarder les listes des airs classiques les plus connus, vous trouverez toujours des combinaisons nouvelles et des morceaux que nous n’avons pas encore explorés. Par contre, nous recherchons une logique, une cohérence, un mini fil rouge qui sous-tend le spectacle. Et c’est la seule contrainte qui peut restreindre notre répertoire. »

D’autant que Peter et Bart ne se cantonnent pas à la musique classique et n’hésitent pas à mêler les genres. « Le postulat de départ reste tout de même deux musiciens classique, en queue-de-pie, qui montent sur scène. On se doit de prolonger l’illusion et nous partons toujours d’un grand air classique. Au tout début, nous nous sommes peut-être sentis un peu prisonniers de nos partitions, même si on donne l’impression d’improviser. Mais désormais, nous commençons le spectacle par une petite histoire, une anecdote. Avec un objectif qui reste le même : jouer de la musique et amuser le public. » Alors, de la musique ou de l’humour, quel élément est-il primordial ? « Les deux sont importants. La musique demeure au service de l’humour. Le cœur de notre métier est de jouer, parfaitement. Jamais nous ne trahirons la musique pour faire rire. Nous sommes musiciens avant tout. L’humour ne fonctionne que si le morceau est correctement interprété. »

Un travail énorme pour donner l’impression d’une grande farce, rendant accessible le classique au plus grand nombre. « Beaucoup d’amis musiciens sont admiratifs. Ils se sentent presque frustrés car incapables de déchiffrer nos propres partitions et la façon dont nous mêlons les morceaux. Pour eux, il y a de quoi s’arracher les cheveux. »

– Gilda Benjamin

>> TICKETS

50 degrés Nord Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Mini D Niveau sonore Ouftivi La culture dans tous ses éclats COCOF Le Soir La Première Musiq 3 Visit Brussels La Concertation Réseau des Arts Bruxellois Kidsgazette Pierre de Lune Bernina