Wolubilis

SOPHIE FORTE : TOUTES LES DOLTO

Article • Publié le Actualités

Quand vous déclarez à 8 ans que vous deviendrez médecin d’éducation, rien ne pourra plus vous arrêter. Françoise Dolto, pédiatre et psychanalyste spécialiste de l’enfance, a eu une existence plus complexe qu’on ne le croit. La comédienne Sophie Forte l’incarne à chaque âge de sa vie dans un spectacle où le rire occupe la première place.

Incarner un personnage réel à chaque étape de sa trajectoire représente un défi que beaucoup refuseraient. Ce serait mal connaître la détermination de Sophie Forte qui, elle aussi, bondit au gré de ses envies. « Certes, j’ai été très surprise qu’Éric Bu me propose ce rôle mais en découvrant le travail de Françoise Dolto et en me penchant sur sa personnalité, je me suis rendue compte que nous avions beaucoup de points communs. J’ai gardé une certaine part d’enfance et Françoise portait sur la vie et les gens un regard enfantin et émerveillé. Il est vrai que j’ai beaucoup côtoyé les enfants, j’ai proposé mes chansons dans les écoles et ai exploré ce monde pendant des années. Dolto disait toujours qu’il fallait trouver les mots justes et parler vrai, un avis que je partage car j’ai plutôt tendance à dire ce que je pense de façon assez directe ! Mais j’avoue que, comme bon nombre de gens, je connaissais peu de choses sur elle. Je gardais cette idée de la vieille dame que maman écoutait dans le poste. Il ne faut pas oublier qu’elle a complètement changé le regard de la société sur l’enfance et chamboulé le système d’éducation. Quand le public sort de cette pièce, il a envie de la redécouvrir, y compris les jeunes. »

Transformation naturelle
Mais comment apprivoiser l’idée d’incarner un personnage aux différents âges de sa vie ? « Sans me vanter, cela m’a été extrêmement facile. J’avais déjà approché ce type d’exercice sur scène, notamment avec mes spectacles pour enfants. J’avais joué des petites filles comme des vieilles dames. Mais l’intérêt ici est d’assister à une réelle évolution, avec une dizaine d’âges différents. J’ai aimé interpréter cette progression sans tomber dans le caricatural. Mon corps se transforme, ma voix aussi, la transformation se fait presque malgré moi, comme un tour de magie. » Françoise Dolto a eu une vie plutôt douloureuse mais elle avait fait le choix de la joie et de l’enthousiasme. « Si on avait plongé le spectateur dans le marasme dans lequel elle a vécu, la pièce n’aurait pas le même succès. Alors qu’ici, les gens rigolent tout le temps. Il était important d’ausculter son histoire par le prisme de l’humour alors que nous disons des choses essentielles, et aussi graves par moments. Certaines personnes sortent de la salle très émues et pourtant le cœur léger. »

La vérité vraie
Faut-il, pour interpréter un personnage réel aussi marquant, effectuer un travail de documentation ? « C’est la première fois que j’incarne quelqu’un de connu, je n’ai pas fait de recherches sur Françoise mais je l’ai beaucoup lue. Et surtout, je ne l’ai pas regardée par crainte du mimétisme, je ne suis pas imitatrice, je voulais faire ma Dolto à moi. Sa fille Catherine aime beaucoup le spectacle. D’ailleurs, elle en a eu connaissance avant que le projet ne se monte et nous a même donné des informations, notamment quant à la fin de vie de sa maman. Je ne me serais pas sentie légitime si elle avait eu des doutes.» Autre point commun entre Sophie Forte et son personnage : une certaine dose de ténacité. « J’ai toujours fait ce que j’ai voulu, ce qui me permet de dire aujourd’hui que j’ai eu la vie que je désirais. Suivant le désir de mes parents, j’ai fait des études d’architecture pour me réveiller à 23 ans en me disant que ce n’était pas ça ma vie, je rêvais d’être auteure et comédienne. Toute petite, j’écrivais en racontant mon quotidien, tout m’inspirait et m’amusait. L’humour était déjà très présent et ne m’a plus lâchée en radio, en TV… J’ai tracé ma route, sans jamais me décourager, pourtant j’en ai pris plein la tronche. Le métier d’humorise est dur et ingrat et je l’ai pratiqué durant 17 ans ! Plusieurs fois dans ma vie, j’ai eu à prendre de grandes décisions qui me faisaient quitter la proie pour l’ombre. Avec le sentiment de repartir de zéro à chaque fois. Mais je m’accrochais, et Françoise Dolto a fait pareil. J’ai suivi ma route sans regarder sur les côtés. »

Le monde de l’enfance
On le sait peu mais Sophie Forte a composé et chanté pour les enfants dans les années 2000. Une prédisposition certaine à l’univers de Dolto. « À travers mes deux filles, je retrouve des sensations perdues. Mes chansons ont souvent répondu à leurs questionnements. En leur expliquant des choses de façon simple et légère, j’éclairais peut-être d’autres enfants. Petite, je suis restée avec beaucoup de questions sans réponse. Je suis née il y a 58 ans et Dolto n’était pas encore passée par là. Quand Françoise est arrivée dans ma vie, je vivais une période très sombre car en plein divorce. J’ai dû recréer un équilibre à trois, avec mes filles. Elle m’a donné beaucoup de courage et de volonté, et la lecture de ses ouvrages m’a vraiment aidée. » Sur scène, la comédienne respire la complicité avec ses deux partenaires Christine Gagnepain et Stéphane Giletta. « Des comédiens parfaits, c’est un rêve de jouer avec eux. Et de reprendre la tournée. »
Le bonheur vous donne rendez-vous le 25 février, pour découvrir l’histoire d’une petite bonne femme qui a, entre autres, créé en 1962 le Secrétariat du Père
Noël !
– Gilda Benjamin

>> Réservez vos places

50 degrés Nord Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Mini D Niveau sonore Ouftivi La culture dans tous ses éclats COCOF Le Soir La Première Musiq 3 Visit Brussels La Concertation Réseau des Arts Bruxellois Kidsgazette Pierre de Lune Bernina