Wolubilis

UN DIMANCHE SUR LA TERRE

Article • Publié le Actualités

Dimanche ou le poids du langage sans les mots. Pour parler du changement climatique, voici l‘éloquence percutante des objets du quotidien et des marionnettes. Et trois comédiens, auteurs et metteurs en scène d’un spectacle bouillonnant d’inventivité et de drôlerie.

La Cie Chaliwaté collabore depuis plusieurs années avec la Cie Focus. Le dernier spectacle en date, Dimanche, acclamé et couronné en 2020 par deux prix Maeterlinck de la critique (meilleur spectacle et meilleure création artistique), met en scène une famille entre canicule et déluge, des reporters animaliers et des situations rocambolesques. Julie Tenret explique la démarche de ce trio original formé avec Sicaire Durieux et Sandrine Heyraud. « Il s’agit de théâtre visuel, sans paroles, qui mélange aussi bien le théâtre d’objets, les marionnettes, le théâtre de geste, les acteurs et les vidéos. Ici, nous avons planché durant 3 ans sur le réchauffement climatique. Comment en parler en n’étant pas scientifiques et en ne donnant pas de leçons de morale ? Nous démontrons le décalage existant entre l’extrême urgence à devoir agir pour le climat et la difficulté à la traduire en actes. Ce qui peut donner lieu à des situations complètement absurdes où l’humour s’immisce dans la tragédie. »

Film muet
« Notre théâtre est cinématographique dans son approche. Entre éléments de décor et création des marionnettes, on n’a pas vraiment droit à l’erreur. » Comédiens et accessoires virevoltent. « Certes, nous proposons un langage particulier mais comme peut l’être la danse. Le rythme s’avère essentiel puisqu’il n’y a pas de mot. Nous jouons une partition très dense mais qui porte toute la magie du théâtre. Notre savoir-faire passe par la métaphore. Nous nous sentons beaucoup plus forts dans notre propos sans les mots. »

Urgence climatique
Le sujet s’avère brûlant et lourd de responsabilité. « Nous prenons très au sérieux le fait de nous adresser à un public et de susciter une réflexion. Et c’est là où l’art fait sens : interroger notre façon de vivre ensemble. Une telle thématique représente un enjeu crucial mais n’est-ce pas le cas avec tous les sujets ? Cependant, je reconnais qu’il y a urgence devant une problématique extrêmement inquiétante. » Qu’on ne s’y méprenne pas, Dimanche emporte par son souffle poétique et drôle. Et le public en redemande. « Il nous dit sortir de notre spectacle conscient et émerveillé à la fois, le considérant comme une fable teintée de magie. Si le sujet demeure sombre et le constat pessimiste, nous les traitons avec humanité et pas mal de sens du décalage. Avec l’espoir de susciter l’envie aux spectateurs de sauver les personnages, et donc la planète. » Drôle et tragique. À l’image de notre monde. D’ailleurs, le spectacle partira en tournée aux Pays-Bas, en Finlande, à Taïwan…

– Gilda Benjamin

17 et 18 juin à 20h30
>> TICKETS

50 degrés Nord Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Mini D Niveau sonore Ouftivi La culture dans tous ses éclats COCOF Le Soir La Première Musiq 3 Visit Brussels La Concertation Réseau des Arts Bruxellois Kidsgazette Pierre de Lune Bernina