Wolubilis

CES MONUMENTS QUI NOUS FASCINENT

Article • Publié le Actualités

Paris compte deux édifices parmi les plus connus et emblématiques au monde. Wolubilis honore Notre-Dame de Paris avec un spectacle qui nous emportent dans un souffle épique et humoristique.

Notre-Dame de Paris racontée par ses gargouilles

Le directeur du Théâtre Royal du Parc s’y entend pour adapter les plus beaux fleurons de la littérature classique : Cyrano de Bergerac, Les Misérables, Scapin 68…Avec Thierry Debroux, l’imaginaire est toujours au service de l’œuvre. Place à Notre-Dame de Paris. « J’ai été, comme tout le monde, bouleversé par les images de Notre-Dame en feu le 15 avril 2019. Durant la nuit, je me suis réveillé en sursaut, ce qui m’arrive souvent, et j’ai vu assez clairement le spectacle qui allait naître par la suite, à savoir ces gargouilles échappant à l’incendie et l’œuvre de Victor Hugo racontée de leur point-de-vue. Le spectacle a été créé en mars 2020 à Paris mais, après quatre représentations, un certain virus a stoppé une aventure qui aurait dû durer plusieurs mois. Un coup dur pour l’équipe et surtout les comédiens. »

Et ces gargouilles sont incarnées par des marionnettes créées par Geneviève Périat et animées par quatre comédiens qui ont suivi une formation spécifique. « Notamment le stryge, très emblématique de Notre-Dame. Des personnages qui amènent beaucoup d’humour dans le spectacle. C’est en sauvant une jeune fille malheureuse qu’elles vont lui raconter l’histoire de l’édifice et d’Esmeralda. Pendant 1h 20, on traverse l’œuvre de Victor Hugo en reprenant bien sûr ses personnages emblématiques tels Frollo, Phoebus, Quasimodo… Les acteurs se transforment à vue sur la scène, un exercice très physique mais qui crée une mécanique très intéressante pour le public. »

Mais comment trouver le juste équilibre entre œuvre classique et création sans trahir l’auteur original ? « De toute façon, une bonne adaptation est une trahison. Il faut opérer des choix entre les moments incontournables et forts de l’œuvre. J’ai pu élaguer le texte, enlever les longueurs et les immenses descriptions, magnifiques au niveau littéraire mais sans intérêt au théâtre. Je n’ai pris que le cœur du sujet. Hugo est un excellent dialoguiste, il faut respecter cette beauté des mots et de la langue, pas question de passer à côté. Si une œuvre classique ne touche plus les gens d’aujourd’hui, je ne vais pas m’y attarder. Victor Hugo nous touche à de multiples endroits. Cette image de la femme sous le regard des hommes, Esmerelda incarnant leur désir et leur soif de possession, raisonne particulièrement de nos jours. C’est aussi une réflexion sur la beauté, la laideur, la différence. Un roman vibrant d’humanité. »

Et un jour, l’impensable, elle brûle… « Il faut se rappeler que Victor Hugo met le feu à Notre-Dame. Ce monument n’avait jamais brûlé sauf dans son roman. Jusqu’à ce jour d’avril 2019. C’est terriblement émouvant de voir Quasimodo passer à l’acte, comme une forme de prémonition, une correspondance avec les images qui nous ont tant marqués. » Vivement le printemps pour vibrer à l’unisson.
– Gilda Benjamin

NOTRE-DAME DE PARIS
Du 24 au 26 mars 2022 à 20h30
>> TICKETS 

50 degrés Nord Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Mini D Niveau sonore Ouftivi La culture dans tous ses éclats COCOF Le Soir La Première Musiq 3 Visit Brussels La Concertation Réseau des Arts Bruxellois Kidsgazette Pierre de Lune Bernina