Wolubilis

ACTU / L’UNION DES ARTISTES DU SPECTACLE

Article • Publié le Actualités

LE STATUT D’ARTISTE EST ENFIN UNE PRIORITÉ POLITIQUE !
L’Union des Artistes a pour mission la défense des intérêts professionnels des artistes belges et est sur tous les fronts en cette période difficile. Pour mieux la connaître, son président Pierre Dherte, s’est prêté à notre interview.

Qu’est-ce que l’Union des Artistes ?
L’Union des Artistes est la plus ancienne association culturelle belge puisqu’elle a été créée en 1927. Cette dernière a pour objet social de répondre aux missions de philanthropie et de solidarité mais aussi d’assurer la défense morale des professions de ses membres. Cela veut dire que l’association est présente lors des instances d’avis et de concertation. Elle est assez influente dans toutes les politiques culturelles notamment pour le statut d’artiste qui est remis sur la table par le gouvernement en cette période de crise Covid. Nous sommes une fédération d’artistes interprètes, principalement des comédiens et comédiennes mais pas uniquement puisque nous acceptons également tous les travailleurs et travailleuses des arts et de la création tels que les régisseurs, les scénographes, les maquilleurs, les réalisateurs,…

Concrètement, comment fonctionne l’Union des Artistes ?
L’Union est « une vieille dame » créée sous la forme juridique et morale d’une asbl. Nous comptons à ce jour 950 membres et, depuis le début de cette crise en mars dernier, nous comptons 20% de membres en plus. Le conseil d’administration se réunit chaque mois avec plusieurs ordres du jour dont le statut d’artiste et les fonds d’urgence et de solidarité. Nous avons aussi créé une nouvelle fédération, l’UPAC-T – Union de Professionnel·le·s des Arts et de la Création – pôle Travailleur·euse·s – qui regroupe une vingtaine de fédérations pour travailler principalement sur le dossier du statut de l’artiste et sur toutes les problématiques liées à la présente crise sanitaire.

Quel est le profil type de vos membres ? A-t-il changé avec les nouveaux adhérents issus de la crise Covid ?
Le profil des nouveaux membres depuis le mois de mars, ce sont celles et ceux qui n’ont pas ce fameux statut d’artiste c’est-à-dire ceux qui ne répondent pas aux conditions requises pour l’obtenir et qui se retrouvent du jour au lendemain sans travail, ni revenu de remplacement, notamment les allocations de chômage. C’est un profil qui nécessite des aides parce que ces personnes n’ont rien et ne peuvent plus remplir leur frigo à la fin du mois. Avant de demander l’aide du CPAS, ces personnes s’adressent à nous et plus spécifiquement au Fonds Sparadrap pour des demandes très concrètes, à savoir le paiement d’une
facture de téléphone, un remboursement de prêt, une assurance de voiture…

Dans un second temps, nous pouvons également aider ceux qui ont déjà le statut d’artiste et qui bénéficient des allocations de chômage. Voilà les deux sphères, ceux qui ont et ceux qui n’ont rien parce qu’ils sont trop jeunes ou parce qu’ils n’ont pas le statut d’artiste même s’ils travaillent dans le secteur artistique ou technique. Nous aidons ces travailleurs qui ne doivent pas se retrouver sur le bord de la route. Depuis le lancement du Fonds Sparadrap, j’étais déjà sûr que ça se poursuivrait jusque septembre voire octobre. Nous sommes en décembre et nous avons déjà distribué près de 300 aides, à savoir plus de 100.000€ et c’est loin d’être fini.

La crise Covid a mis en lumière la difficulté et la précarité du statut d’artiste. Y a-t-il eu des avancés concrètes grâce notamment à la visibilité dans la presse ?
Oui ! Ça fait 20 ans que l’Union a vraiment ce dossier en charge. À chaque législature, il est remis sur la table et en fin de législature, ce dossier est toujours remis à la législature suivante. Cette crise a mis en lumière toutes les problématiques qui existent pour les
artistes et les techniciens avec ce statut qui n’en est pas un. Au mois d’avril quand le secteur culturel a été touché de plein fouet et qu’aucune aide n’avait été mise en place, l’Union a été très active. Elle a réussi à être auditionnée à la Chambre et même à être reçue par la Première ministre de l’époque : Sophie Wilmès. Suite à ces deux rendez-vous, les politiques et les parlementaires se sont vraiment rendu compte de notre réalité, l’intermittence du travail d’artiste. Grâce à la formation l’UPAC-T dont fait partie l’Union des Artistes, nous analysons chaque semaine les propositions des partis politiques et nous émettons nos propositions concernant le statut d’artiste. Nous avons déjà formulé 20 priorités partagées par 37 fédérations professionnelles qui se sont mises d’accord sur ce dit « statut d’artiste ».
Il est d’ailleurs inscrit dans l’accord du gouvernement fédéral, ils sont donc obligés de traiter ce dossier.

Les « Petits Sabots » n’auront pas lieu cette année ? Comment peut-on encore aider ?
On aurait dû commencer nos collectes en décembre mais d’une part, on ne peut pas se présenter dans les théâtres qui sont fermés et, d’autre part, même s’ils étaient ouverts, nos petits paniers avec les crayons à piocher et un don d’argent direct ne respecteraient pas les règles sanitaires. Nous avons donc imaginé les Petits Sabots de Pâques en espérant qu’en avril les théâtres seront rouverts. Ce serait donc une collecte retardée exclusivement destinées à aider nos membres les plus anciens avec des allocations trimestrielles qui existent depuis des décennies à l’Union. C’est une allocation qui pallie le problème des pensions très maigres des artistes. En gros, on aide les plus jeunes avec le Fonds Sparadrap et les plus anciens avec les récoltes des Petits Sabots. Pour la petite anecdote, c’est la première fois depuis la création de l’association que nous devons annuler les Petits Sabots, même pendant la guerre 40-45 l’Union a pu réaliser les collectes. C’est quand même historique ! – Propos recueillis par Diana Crista

En plus du Fonds Sparadrap, l’Union des Artistes a mis en place 3 autres fonds de solidarité venant en aide aux artistes, techniciens et à leurs membres :

1 – L’Action José Van Dam
À l’occasion de son 80e anniversaire, José Van Dam, a lancé en août 2020 un appel aux dons sur le compte de l’Union des Artistes en faveur de ses collègues artistes qui vivent dans la précarité suite à la crise du coronavirus.
Numéro de compte bancaire de l’action : BE41 3101 6452 3810 – en communication : Action José Van Dam

2 – Les artistes du cœur- Hart voor Kunstenaars – Campagne nationale Crowdfunding 
Réalisée en partenariat avec Artist United, Promethea et la banque Degroof Petercam en faveur des artistes. Les fonds récoltés en fin de campagne seront versés au profit du Fonds Sparadrap. Faites un don!

3 – Le Fonds Norma Joossens
En collaboration avec la Fondation Roi Baudouin, ce fonds initié en 2014 a pour objectif de venir en aide aux comédiens et aux comédiennes retraités ou en âge de l’être mais ne disposant pas de moyens financiers suffisants pour assurer leur subsistance. Le Fonds soutiendra des projets qui leur sont destinés et apportent tout le confort matériel nécessaire. Faites un don!

4 – Fonds Sparadraps
Le fonds Sparadrap est une action solidaire visant à venir en aide aux travailleurs et aux travailleuses des arts TOUS SECTEURS CONFONDUS ! Faites un don!

50 degrés Nord Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Mini D Niveau sonore Ouftivi La culture dans tous ses éclats Fédération Wallonie - Bruxelles COCOF Le Soir La Première Musiq 3 Visit Brussels La Concertation Réseau des Arts Bruxellois Aires Libres Kidsgazette Bernina