Wolubilis

Pascal Chabot

Article • Publié le Actualités

DEPUIS QUAND AVONS-NOUS PERDU LE TEMPS? PEUT-ON LE RETROUVER?

En décembre, plus une minute à perdre ! Méditons sur cette question avec Pascal Chabot pour qui « Etre, c’est avoir du temps. Et ne jamais avoir le temps, c’est être à moitié, vivre à demi ». Sauf contrordre, l’avenir nous réserve une quantité de temps importante. Pourtant, nous nous plaignons continuellement d’en manquer. À quoi tient ce paradoxe ? C’est que les heures devant nous ont perdu en qualité, estime Pascal Chabot.

« Je n’ai pas le temps ! » Cette phrase fréquemment usitée, entendue quotidiennement, formule toujours la même frustration : ne pas arriver à réaliser nos désirs dans le temps disponible, l’impression de courir après les minutes et les heures. C’est le point de départ de l’investigation de Pascal Chabot dans Avoir le temps. Essai de chronosophie (PUF, 2021) : pourquoi le temps, qui est pourtant le même pour tous, ce cours universel et imperturbable des choses, viendrait à nous manquer aujourd’hui ? C’est que, nous dit Chabot, « le temps n’est jamais lui-même. […] Il n’est pas le temps objectif des physiciens, dans lequel personne n’a jamais vécu. Il est le temps auquel l’homme impose son imaginaire, ses désirs, ses obsessions ». C’est le temps omniprésent – affiché sur nos téléphones, nos agendas numériques et nos ordinateurs. C’est aussi un temps compté plutôt que vécu, toutes nos journées se déroulant en horaires serrés et en deadlines. C’est enfin un temps d’immédiateté, un éternel présent, qui ne pense qu’en actuel et en instantané, dans lequel on « vit au rythme des actualités et des réseaux, des horaires, des écrans et du télétravail, oubliant vite. » Comment en sortir ? En commençant par le replacer, avec Pascal Chabot dans la longue histoire du temps.

Pascal Chabot est philosophe et enseigne à l’IHECS. Il est notamment l’auteur de Global burn-out, d’Exister, résister et du Traité des libres qualités tous parus aux PUF (Presses universitaires de France). Aspirant puis
chargé de recherche au FNRS (1997- 2004), ses recherche sont centrées sur la philosophie contemporaine, avec comme question centrale : comment vivre dignement dans une époque excessive et fabuleuse ? Son dernier ouvrage Avoir le temps. Essai de Chronosophie propose une réflexion sur les aspects existentiels et personnels du temps, ainsi qu’une enquête plus vaste sur le temps des sociétés et des civilisations. Les deux dimensions, existentielles et civilisationnelles, se mêlent et se répondent. Tout commence par l’énigme d’être en vie, qui est l’énigme d’avoir le temps. Nous avons du temps. Et pourtant, rien n’est plus courant que le sentiment d’en manquer. Qu’est-ce, alors, que cet avoir que l’on n’a pas vraiment? Avoir le temps se révèle donc comme le défi humain par excellence : celui de faire de cette quantité d’avoir une oeuvre de qualité.

– Valérie Nicolay

50 degrés Nord Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Mini D Niveau sonore Ouftivi La culture dans tous ses éclats Fédération Wallonie - Bruxelles COCOF Le Soir La Première Musiq 3 Visit Brussels La Concertation Réseau des Arts Bruxellois Kidsgazette Pierre de Lune Bernina